Archive pour mai 2010

Paris n’est pas gris !

Dimanche 23 mai 2010

Les beaux jours sont là –enfin, le soleil resplendit dans le ciel parisien, pas même désormais un bout de nuage volcanique pour obscurcir cet azur. Les runnings qui pourrissaient au fond des placards à chaussures piaffent d’impatience d’aller se dégourdir les coutures ! Même si la transpiration de leur propriétaire se fera désormais plus présente, plus de froid, de neige, de glace, de boue, nos baskets sont radieuses ! 

Tel le bon maître que vous êtes, vous décidez donc de chausser vos fidèles complices pour assouvir leur besoin naturel qu’elles ont de gambader sur routes et chemins. Vous leur devez d’ailleurs bien ça car vous en avez souvent bavé avec elles, vous avez partagé des galères mais aussi des moments forts en émotion comme ce record sur 10km ou bien ce marathon accompli en moins de 4h. Non vous ne parlez pas encore à vos chaussures –quoique- mais le rituel du « chaussage de vos runnings » ne vous laissent pas indifférent.

Alors c’est parti pour une balade avec le lutin dans le Bois de Vincennes ! Et oui Paris n’est pas (tout) gris. Let the sunshine !

1006891.jpgFranchissement de la Marne à Maisons-Alfort.

1006894.jpg

Entrée dans le Bois de Vincennes.

 

1006895.jpg

 

 

 

1006897.jpg

1006899.jpgChâteau de Vincennes en arrière plan.

1006900.jpg

1006901.jpgChâteau de Vincennes.

1006903.jpgEntrée du Parc Floral de Paris.

1006905.jpgAllée des Minimes, lieu d’arrivée du dernier semi-marathon de Paris.

1006907.jpgLac des Minimes.

1006911.jpgProximité INSEP.

1006913.jpgHippodrome de Vincennes.

1006914.jpgFerme Georges-Ville.

1006917.jpg

1006918.jpg

1006924.jpg

1006927.jpgFin de parcours en Bord de Marne.

 Et oui pas de quoi toujours jalouser la Province, à Paris aussi on trouve de chouettes endroits pour se balader Langue

En direct du don de plaquettes

Jeudi 6 mai 2010

Le don du sang est un geste familier pour beaucoup d’entre nous. En revanche, moins nombreux sont ceux qui savent qu’il peut revêtir différentes formes. On distingue ainsi le don de sang total, qui est la forme la plus courante, et le don en aphérèse qui est moins connu. 

  • Le don de sang total, comme son nom l’indique, consiste à recueillir simultanément tous les composants du sang : globules rouges, plasma et plaquettes qui sont ensuite séparés (on ne transfuse en effet jamais du sang total à un patient mais seulement le composant dont il a besoin). 

  • Le don en aphérèse présente la particularité de prélever spécifiquement un de ces constituants sanguins à l’aide d’un séparateur de cellules, les autres étant restitués au donneur au cours du don. Il est également possible de prélever deux composants simultanément, on parle alors de don combiné ou d’aphérèse combinée. Le don en aphérèse offre l’avantage de fournir en plus grande quantité le composant sanguin qui sera administré aux malades. Ce type de don est en général proposé aux donneurs qui ont déjà une expérience du don de sang total. C’est un peu comme lorsque vous venez de terminer un semi-marathon et vous vous êtes fixés comme objectif prochain de vous tester sur la distance reine du marathon ! Bon, la comparaison s’arrête là car si le marathonien va laisser une partie de son souffle, de ses muscles et de ses articulations à courir pendant plusieurs heures sur le bitume, le donneur de plaquettes ou de plasma va rester tranquillement allongé à siroter un jus de fruit devant la télé… 

Le petit lutin et sa chère et tendre vous offrent ici un reportage photo en live pour vous informer sur le déroulement du don en aphérèse à travers le don de plaquettes et de plasma Tout commence par un coup de fil cordial et jovial à l’EFS de Créteil pour fixer un RDV, ce sera le jeudi suivant à 12h30. Le personnel des EFS est toujours adorable, on soigne le client, n’oublions pas qu’il sauve des vies ! 1006930.jpgVous pouvez retrouver tous les sites d’accueil EFS d’Ile-de France et de province sur la page web de l’EFS (http://www.dondusang.net/rewrite/site/4/.htm?idRubrique=8). En tapant simplement votre code de département vous retrouverez les coordonnées et les horaires des sites les plus proches de chez vous, avec les différentes types de don possibles (les dons en aphérèse sont réalisés en général sur des sites fixes). Alors plus d’excuses pour dire : « Je sais pas quand et où aller ». Vous avez même la possibilité désormais de vous créer des alertes mail pour être tenu informé des collectes qui auront lieu dans les communes qui vous intéressent. Pour ma part et pour être sûr de ne pas oublier, je reçois à ma demande sur mon portable un message pour me suggérer un éventuel don à venir : pratique ! 

1006931.jpgNous nous rendons donc à l’EFS de Créteil et nous présentons à l’accueil pour nous enregistrer. A ce propos, n’oubliez pas si c’est la première fois que vous venez et que vous n’êtes pas connu de vous munir d’une pièce d’identité. La charmante hôtesse d’accueil (mais oui elles le sont toutes !) nous remet notre dossier et le questionnaire pré-don à compléter.

1006932.jpgCe questionnaire, confidentiel, a pour objectif de confirmer votre éligibilité pour le don et d’écarter une éventuelle contre-indication au prélèvement, comme une opération chirurgicale ou la prise de certains médicaments. Si vous avez un doute sur un comportement à risque récent ou toute autre question, n’hésitez pas à rappeler l’EFS avant de vous y rendre ; vous serez mis en relation avec un médecin qui répondra à toutes vos interrogations.

1006934.jpgVous pouvez retrouver toutes les conditions pour donner votre sang sur le site web de l’EFS à la rubrique « Donner ». Mais bon, si vous venez de terminer un semi-marathon, il y a toutes les chances pour que vous puissiez donner votre sang !… et les moins sportifs également Clin doeil. La seule différence entre don de sang classique et don de plaquettes ou de plasma concerne l’âge limite qui est fixé à 70 ans en sang total et 65 ans en aphérèse. En gros, si vous avez entre 18 et 65 ans, que vous êtes en bonne santé, avec un poids supérieur à 50kg, un taux d’hémoglobine suffisant, que vous n’avez pas eu de traitement antibiotiques, pas reçu de soins dentaires, pas eu d’épisodes infectieux dans les 2 semaines précédents le don, ni subi d’intervention chirurgicale ou voyagé dans un pays endémique pour le palu dans les 4 derniers mois, vous êtes sans doute bon pour le service ! 1006933.jpgLe remplissage du questionnaire prend quelques minutes à peine. Nous rencontrons ensuite à tour de rôle un médecin de l’EFS qui réalise un entretien confidentiel et un examen médical, afin de s’assurer de notre aptitude au don. Une collation nous est alors proposée que nous déclinons car nous avons prévu le coup en s’offrant un petit encas en milieu de matinée ! C’est là souvent l’origine des légers malaises et de la fatigue qui peut résulter après un don, car beaucoup assimile don de sang avec analyse de sang et ont le mauvais réflexe de venir donner à jeun… Je me rappelle de supers petits déjs que nous faisions avec des amis avant de se rendre à l’EFS ! Trop top ! D’ailleurs, c’est un excellent plan de se rendre à plusieurs pour un don, l’équipe de l’EFS s’arrangera pour vous accueillir ensemble et cela donne du courage à tous. 

10069353.jpgBon, jusque là rien de bien différent par rapport à un don de sang classique. Les infirmières Francine et Annie-Flore nous prennent alors en charge et nous installent confortablement l’un à côté de l’autre sur des fauteuils d’examen flambant neufs. Nous ne sommes pas les seuls à être venus en couple et je trouve ça d’ailleurs très sympa de pouvoir partager ces moments là avec son conjoint. Pour mon épouse ce sera don de plasma et pour moi don de plaquettes ; ça ressemble un peu c’est vrai au menu à la carte dans une confrérie de vampires mais c’est avant tout qu’il y a des besoins pour les 2 types de don. Le plasma permet d’aider de nombreux malades, notamment les grands brûlés, les hémophiles, les patients souffrant de troubles de la coagulation ou de déficit immunitaire grave. Un délai de 2 semaines minimum doit être respecté entre chaque don de plasma. 

Lorsque la maladie (leucémie, aplasie médullaire) ou les traitements lourds (chimiothérapie, radiothérapie) empêchent la fabrication de cellules sanguines par la moelle osseuse, le malade est dit en aplasie. La transfusion régulière de plaquettes est alors indispensable pour éviter les risques d’hémorragie mettant en jeu la vie des malades. Les dons de plaquettes doivent être espacés au minimum de 4 semaines1006936.jpg1006938.jpgL’indice qui vous indique que vous n’êtes pas ici pour un don classique consiste en la présence à vos côtés d’un appareil un peu barbare, au design qui peut laisser à désirer où s’enchevêtrent tout un tas de fins tuyaux souples qui suivent un circuit…difficile à comprendre (pour le moins complexe). Il s’agit du séparateur de cellules qui va recueillir le sang et le séparer en ses différents constituants qui seront récoltés dans des poches distinctes. 

Le don proprement dit est précédé d’une analyse de sang qui a pour but essentiel de vérifier que nous n’avons pas de globules blancs en quantité importante signe d’un épisode infectieux, et que nos autres paramètres sanguins, notamment le taux d’hémoglobine et bien entendu votre nombre de plaquettes, sont compatibles avec le don. Cette analyse est réalisée en quelques minutes par un automate situé dans une pièce à côté. Il s’agit donc d’une prise de sang tout à fait banale. Les résultats me parviennent déjà : tous les indicateurs sont au vert avec notamment près de 250 000 plaquettes/mm3, paré pour le don ! 1006942.jpg1006947.jpg1006941.jpgLe maître mot du don du sang c’est la sécurité et à voir le soin avec lequel le lavage des mains et la désinfection de la zone de piqûre est effectué par Francine et Annie-Flore, on comprend que ce n’est pas un vain mot. La piqûre pour le recueil des prélèvements est réalisée dans le bras n’ayant pas servi pour la prise de sang précédente et qui possède si possible les plus belles veines. La douleur ? Inutile de mentir, on parle ici de piqûre avec une aiguille donc on fait un trou dans le bras, mais très honnêtement il s’agit d’un acte très bref, tout à fait supportable, identique au don de sang total, à mettre en regard de l’acte généreux et essentiel que l’on va accomplir. Tout devient plus facile alors ! Et puis, la douleur disparaît quasiment complètement après quelques instants. 1006951.jpg

1006937.jpgC’est ensuite au séparateur de cellules de faire le boulot. En gros, la machine prélève le sang, le débarrasse des globules blancs, puis l’injecte dans une centrifugeuse qui va se charger de faire le tri entre les différents composants sanguins avant de les acheminer via des tubulures dans des poches individuelles. Pour moi, ce sera plaquettes et globules rouges aujourd’hui ! Le ou les composants sanguins non prélevés sont réinjectés dans le bras par la même aiguille. Pendant environ 1h à 1h30 (1h13 cette fois-ci !) se succèdent ainsi régulièrement des phases de prélèvement et de retour. Le seul effort consiste à pomper une petite poire en mousse maintenir la bonne qualité du prélèvement. La collecte du plasma dure quant à elle environ 45 min. 

1006950.jpg1006948.jpg1006946.jpg

1006952.jpg10069392.jpgPour passer le temps, possibilité est offerte de regarder la TV, de lire, de papoter, de boire un petit quelque chose… Bref, le temps passe finalement très vite. Au cours du don, on peut parfois ressentir un petit fourmillement au niveau des lèvres qui témoigne d’un déficit en calcium due au mode de prélèvement ; cette sensation de picotements est rapidement atténuée par l’absorption d’une solution de calcium. 

Une fois le don terminé, l’aiguille est retirée du bras et les sparadraps qui maintenaient en place les tubulures sur l’avant bras sont enlevés, épreuve pénible pour nous messieurs qui avons une pilosité fournie Sourire!

Les infirmières contrôlent alors notre tension pour s’assurer que nous n’allons pas nous écrouler lamentablement en quittant notre fauteuil. Mais tout va bien de ce côté, la tension n’a quasiment pas varié. Les poches de prélèvements seront ensuite acheminées à Rungis pour la qualification du don (un certain nombre d’analyses vont être pratiquées pour vérifier notamment la qualité et l’innocuité des produits sanguins) avant d’être reconditionnées pour administration aux patients. Il faut aller vite car si le plasma peut se conserver congelé assez longtemps (jusqu’à 1 an), les plaquettes ont quant à elles une durée de vie limitée à 5 jours ! Le plasma est acheminé ensuite au LFB (Laboratoire français du Fractionnement et des Biotechnologies) pour la fabrication de médicaments dérivés du sang. 1006954.jpg

1006956.jpg1006955.jpgAprès quelques instants, nous nous levons et nous dirigeons vers l’espace de restauration ou une collation nous attend : je choisis les pâtes à la bolognaise et mon épouse le saumon à l’oseille. Il est bientôt 15h, nous ne sommes pas vraiment affamés mais nous nous plions volontiers aux recommandations de l’équipe et mangeons finalement avec appétit. Fromage et dessert, tout y est ! … même le café avec le petit chocolat qui va bien. Nous prenons finalement congé de l’équipe sans oublier les derniers conseils : boire abondamment (de l’eau !) et éviter les efforts intenses dans les prochaines 24h. Et moi qui suit coureur à pied, je peux vous assurer que 48h plus tard j’effectuais une séance de fractionné et le lendemain une sortie longue d’1h30 avec d’excellentes sensations ! 

Nous profitons de nouveau ici de cet article pour adresser nos plus chaleureux remerciements à toute l’équipe très sympathique de l’EFS de Créteil, en particulier Blandine, Francine et Annie-Flore, pour avoir accepté ce petit reportage et s’être volontiers prêtées au petit jeu des photos. Nous espérons que cela fera tomber les dernières réticences de certains et favorisera le Don de Soi !